À Corps Perdus Film de court-métrage de Renaud Ducoing

icone clapFilm de court métrage - 35 min.- 35 mm couleur

icone synopsis scénarioSynopsis

Vercors, automne 1944. Lucien et Esther ont à peine le temps de s’étreindre sur le foin d’une vieille grange abandonnée. Ils sont pris pour cible par un mystérieux chasseur solitaire. Le chasseur veut tuer Lucien. Esther est prête à tout pour sauver l’homme qu’elle aime.

icone boucheQuelques mots de l’auteur

Au moment d’écrire cette histoire j’ai eu plusieurs films marquants en tête. L’histoire d’Adèle H. tout d’abord, pour cette violente plongée dans la folie qui condamne Isabelle Adjani a n’être plus que l’ombre d’elle-même. Fatale de Louis Malle ensuite pour cette si singulière passion charnelle qui conduit à la destruction de Jeremy Irons et sa famille. La prisonnière du désert enfin, pour la vengeance sourde et aveugle qui s’empare de John Wayne et le pousse à enfreindre la loi.

A corps perdus, c’est le parcours d’une folle guerrière, belle et sauvage, qui ne pourra apaiser sa passion qu’en sombrant dans la folie.

icone oeilLe mot des producteurs

Renaud Ducoing est un jeune réalisateur maintes fois primé pour ses 14 courts métrages. A corps perdus, son dernier opus, est soutenu par le département d’aide à l’écriture de La maison du film court.

Avec des personnages complets, Renaud génère des conflits subtils et s’en réfère à nous. En contant l’histoire d’un amour qui dépassera tout préjugé, Renaud touche à notre intimité la plus profonde. Il permet à ses personnages de se poser les justes questions sans systématiquement y répondre, il dépeint avec justesse une vie de doutes et de passions.

Les comédiens Philippe Nahon (remarqué en 1998 pour Seul contre tous) ainsi que Nicolas Taïeb (prix d’interprétation du Festival du film court de Clermont-Ferrand 2006) nous ont déjà accordé leur confiance.

L’engagement de nombreux partenaires à nos côtés témoigne d’une entreprise digne de votre intérêt.

FINANCEMENT : Tournage mis en attente.

Apportez votre concours à cette production, obtenir plus d’informations.

Celui qui creusait les visages Fiction de Lantini et Santarelli

icone clap Court métrage de fiction - 13 min - 35 mm

Ecrit par Jospeh Lantini et Réalisé par Raphael Santarelli

icone synopsis scénarioSynopsis

Les trajectoires d’un vieil artiste et d’un jeune arriviste se croisent dans le troquet d’un petit village. Ils auraient pu avoir la même vie. Certaines fois, le court des évènements est déterminé par une simple rencontre. Vincent ne l’a pas encore faite, le vieil homme est déterminé à l’y amener.

icone boucheQuelques mots de l’auteur

Nos vies sont une succession de carrefours : chaque direction en induit une autre. Pris de court, on fait des choix qui ne sont pas toujours en adéquation avec nos rêves. Chaque décision est un saut dans le vide.

On s’image souvent les conséquences d’un choix avant de le faire. C’est une des lignes motrices d’une narration qui mêle les époques : l’avant, l’après et le rêve.
Dans un passage de L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera, Thomas énumère tous les hasards qui auront été nécessaires à sa rencontre avec Thereza. La liste est tellement longue et improbable qu’il lui semble que quelque chose ou quelqu’un l’a poussé à faire la connaissance de cette femme. Et si c’était de cela qu’il s’agissait ?

Celui qui creuse les visages parle du destin, des portes que nous avons choisit d’ouvrir ou non. Il parle de ceux qui ont poursuivi un rêve, un amour... A leur façon. Non sans risques.

Phase finale de financement : Tournage reporté (INFOS)

Le calendrier Fiction courte par Yann Leonarduzzi

icone clapCourt métrage - 16 min. - 35 mm - Couleur

icone synopsis scénarioSynopsis

Tout semble sourire à Eléonore, un jeune romancière récemment mariée. Pourtant ce matin, elle ne semble pas dans son assiette. Quel rapport avec le calendrier qui trône dans son salon ? Dans la case du jour est inscrit : « Tuer mon mari ». La décision lui appartient-elle ?

Plus de renseignements prochainement. Tournage prévu en décembre 2007.

Le triptiK Film à sketches

3 films à 2 personnages dans 1 lieu.

C’est l’expérience dans laquelle se sont lancés Leonarduzzi, Santarelli et Marrot. Le projet est en post-production. Titre temporaire : Chambre 123.

 1 : Yann Leonarduzzi

Un hôtel. La chambre 123.

Un homme espionne sa femme qui va le tromper pour la première fois. Une manière pour eux d’éprouver leur couple, leurs doutes... Vérifier si la routine ne s’est pas supplanter aux sentiments.

 2 : Raphael Santarelli

Un hôtel. La chambre 123.

Un homme attend la visite d’une femme. Il la filme se mettre à nue. Derrière ce manège se cache une autre vérité.

Triptik Partie 2

 3 : Bastien Marrot

Un hôtel. La chambre 123.

La pièce est dans un état indescriptible. La femme de chambre est au supplice lorsqu’elle découvre de drôles d’accessoires... et un homme dans un placard.

Les frères minute Fiction écrite par Joseph Lantini

icone clapCourt métrage - 7 minutes, 35 mm - Animation

Ecrit par Joseph Lantini

icone synopsis scénarioSynopsis.

Vous souvenez-vous de cette phrase d’Einstein pour expliquer la relativité ? « Placez votre main sur un poêle une minute et ça vous semble durer une heure. Asseyez-vous une heure auprès d’une jolie fille et ça vous semble durer une minute. »

C’est de cela qu’il s’agit dans “Les frères minute”. A mi-chemin entre conte et documentaire, Joseph Lantini nous entraine dans une folle danse sur notre rapport au temps - qui n’est pas sans rappeler le célèbre court métrage : L’ile aux Fleurs.

En financement (INFOS)

Un essai d’amour Fiction de Kondo et Santarelli

icone clapCourt métrage - 14 min. - 35 mm - Couleur

Ecrit par Reiko Kondo, Réalisé par Raphael Santarelli

icone synopsis scénarioSynopsis

Anna est sélectionnée pour participer à la journée du romantisme organisée par la mairie de Paris. Mais son compagnon, Christophe, vient de la quitter. La vie s’écoule entre les « peut-être » et les « pourquoi pas ». Isabelle la conseille, Marcel la réconforte. Les affaires de Christophe traînent toujours dans l’appartement et Anna ne sait pas encore qui l’accompagnera.

icone boucheQuelques mots du réalisateur

Elle, tokyoïte – moi parisien. Nous nous sommes rencontrés il y a cinq ans.

Un soir, autour d’une bouteille de vin, elle m’apprend qu’enfant, elle rêvait d’un Paris romantique figée dans un éternel 1900. La confrontation avec la réalité n’a pas été facile…

De cette discussion est né « Un essai d’amour ». Longtemps resté à l’état embryonnaire, je suis retombé dessus récemment. J’y ai retrouvé toute la simplicité dont Reiko fait preuve dans ses écrits. Une forme d’immédiateté poétique. J’y ai aussi trouvé le regard d’une japonaise sur sa seconde ville : Paris. Enfin, j’y ai décelé l’histoire touchante d’une femme dans son intimité quotidienne.

La force du film vient de cette rencontre artistique entre une femme et un homme, une japonaise et un français. Un essai d’amour saura marier deux conceptions… avec sensibilité et rythme.

Un essai [...] est une histoire contemporaine. Une immersion dans la vie et les rêves d’une femme. C’est aussi l’histoire d’une génération, ses petites désillusions vues avec tendresse par une femme, et avec violence par un homme.

C’est une histoire de rythme, de respect et d’amour.

FINANCEMENT : Tournage mis en attente

Apportez votre concours à cette production, obtenir plus d’informations.